Pas radin! Econome!

Je pris une coupe de champagne. A ce moment là, je vis les regards tournés vers moi. J’entendis des chuchotements. Ils sifflaient dans mes oreilles. Qu’ai-je fait d’extraordinaire? Comme les autres je me suis servi d’une coupe de champagne. Pourquoi ce privilège d’attention? C’est quand même pas pour cette satanée cagnotte du pot de départ? J’ai en effet refusé de donner de l’argent. Mais je travaille toujours dans cette boîte. Il n’est nullement marqué sur le mur « celui qui refuse de donner de l’argent à la cagnotte est privé de champagne. » Ce n’est pas que je n’avais pas envie de donner. C’est que je ne peux pas donner. J’économise à chaque instant pour me payer des jolies fringues et partir en vacances avec ma femme dans des hôtels de luxe. J’aime le confort; les jolies fringues et les voyages. Et ce n’est pas gratuit. Alors je compte mon argent au sou prés pour pouvoir m’assurer du confort que j’aime tant. Nous sommes en République. J’ai le droit d’aimer le confort et je ne vais certainement pas aller demander l’autorisation à mes collègues ou voisins.
Bien sûr qu’il m’arrive d’être généreux. L’économie ce que d’autres appellent la radinerie a du bon. ça profite à des associations caritatives, à l’écologie. Pourquoi j’ai installé du pholtovaïque. C’est bon pour l’environnement et surtout je paie moins cher l’énergie.J’ai donné à médecins sans frontières pour payer moins d’impôt. Non mais le gars ou la nana qui reçoit des soins il s’en fout quelle était l’intention du don
Chaque année je ne rate jamais le concert des enfoirés et je vais souvent chez Emmaüs. J’ai fondé avec ma femme un système de troc entre voisins. Je n’aime pas mettre de l’argent dans les petites choses les objets qu’on pourrait récupérer dans des brocantes. L’argent j’aime le mettre dans quelque chose de grand de somptueux. L’argent ça a de la valeur alors je l’utilise pour acheter des choses qui ont de la valeur. Je suis très content de participer à ce pot de départ. Mais moi je n’ai rien demandé. Je suis même plutôt gentil de donner de mon temps pour y assister. J’ai beaucoup de travail. Alors cette gentillesse de ma part mérite bien sans complexe cette coupe de champagne.

 

Ce texte a été écrit en réponse à un défi d’écriture dont le thème était de se mettre à la place de quelqu’un qu’on n’aime pas. J’ai alors choisi un radin. 

La révolution naît de l’abandon du défaitisme

Victor Jara chanté dans les rues en Chili.

Franco viré de son mausolée

Les libanais qui manifestent ensemble uni au-delà des questions confessionnelles

L’Histoire c’est un temps où il y a l’illusion que c’est figé.

Les Bastilles se dressent. Hélas des guerres des dictatures des morts. Tout ce qui enchaîne.

Et puis un jour le ras le bol grandit il devient plus fort que la peur.

C’est comme le volcan qui se réveille.
Et là tout est chamboulé.

Parfois on se demande à quoi ça sert , ou on n’y arrivera pas ou c’est un rêve.

Et puis un jour les rêves deviennent réalité.

Hélas ça ne redonne pas vie à Victor Jara ; aux victimes du franquisme aux morts de la guerre civile libanaise ni les assassinats politiques tels que Samir Kassir ou Gebrane Tueni.

Mais l’Histoire range dans les poubelles les dictateurs les fouteurs de guerre.

Il demeure la tristesse que ceux qui ne sont plus là ne voient pas la reconnaissance.

Il demeure jouissif de voir l’Histoire mettre des bonnes claques à Franco , Pinochet. A voir le Hezbollah moqué.

Je n’oublie pas les morts en Chili et en Irak;

Je n’oublie pas les prisonniers politiques algériens.

Et je sais à quel point nous devons entretenir la mémoire de l’Histoire dans le sens de l’humain de la liberté de la justice car des Bolsonaro au Brésil des Zemmour en France des négationnistes assassins ne vont pas dans ce sens.

Mais dans la lutte il y a des moments difficiles de désespoirs.
Et puis un jour les  » c’est comme ça » tombent .

Et on savoure l’ivresse du changement.

Je suis persuadée que la révolution naît de l’abandon du défaitisme. Et là ce qui est grand est possible

C’est dur et libérateur de déposer les armes.

La petite lueur d’espoir me faisait à chaque fois oublier ma triste froid conclusion: dépose tes armes tu te bats contre les moulins regarde toi tu es  épuisée tu as donné tout ce que tu as pu. Mais ça n’a pas suffit. Tu as cherché au fond de toi à chaque recoin à chaque contrée hélas il n’y a pas d’organe supplémentaire dans lequel tu serai allée chercher tu es un humain tu n’est pas un surhumain même si tu as donné comme une surhumaine.

Dépose tes armes c’est une conclusion à la fois libératrice et rageante. Quelle luxe de ne plus rien à faire qu’à se poser. Quelle colère de ne plus pouvoir rien faire. Je hais l’impuissance.

J’étais paisible. Je me faisais une raison. Et puis la petite lueur d’espoir m’est sortie comme un génie d’Aladin: va jusqu’au bout de tes voeux. Peut être que tu n’es pas loin. Peut être que tu réussiras enfin ta bataille contre tes moulins, peut être que tu auras cette joie. Alors je me suis lancée, j’ai farfouillé en moi des trésors enfouis, j’ai secoué toute la force en moi. En cet instant, j’ai chassé les doutes, j’ai dédié toute mon attention vers mon énergie.

Et puis rien… j’ai cru à un conte une légende. Le génie d’Aladin n’existe pas. La lueur d’espoir se fait berner par des illusions.

C’est dur et libérateur de déposer les armes.

L’oiseau sauveur

Aucune description de photo disponible.

Cher homme, tu es épuisé par ce monde de fous . Par ce monde laid. Tu n’as plus la force de marcher. Tu t’écroules sous le fardeau d’une vie de labeur et de difficultés. Tu t’épuises à courir. Chiffres, pressions, tu n’as plus le temps de vivre. De voir de la nature. D’aimer. Tu n’as même plus le temps de rêver. Cher homme; viens je t’emmène ailleurs dans un monde plus paisible

Anna Jérémie Anne Gabriel Cohen Bismuth

Septembre 1939:

Anna Jérémie Anne Gabriel Cohen Bismuth vivaient encore.

Puis l’étoile jaune,  les exclusions . Interdits au travail dans les lieux publics.
Puis un matin un soir des policiers français débarquent.
Rafles. Trains. Camps.

Hannah Esther Jérémie Anne Gabriel Cohen Bismuth affamés gazés.

Les mots haineux ont préparé les cerveaux à commettre des crimes contre l’humanité.

Hannah Esther Jérémie Anne Gabriel Cohen Bismuth ont été arrachés à la vie.

Quand je suis devant le mur des noms du Mémorial de la shoah je pense très fort à ces femmes et hommes .
On ne vous oublie pas.

« Je sais qu’un rien t’angoisse »

Elle était si bête mon angoisse. Des idées passent par la tête et plantent du venin. Ça commence par un petit point gênant . Ça me gratte. Je tente de l’ignorer. Le petit point grossit. Je me force à penser à autre chose. Je crois y arriver . Mais le sadique point devient encore plus gros. Puis comme une pieuvre il envahit tout le corps. Je sens son poids dans ma poitrine.  Comme une folle je l’ai appelé à minuit, il m’a répondu qu’il dormait. Il m’a souhaité bonne nuit. On s’écrit demain.

Son bonne nuit a eu un effet tranquillisant. La pieuvre ne faisait plus la maligne et elle s’est rétrécie. Ma poitrine s’est libérée. Je m’endors en pensant à son bonne nuit.

Mais le lendemain matin je me suis mise à m’angoisser de nouveau. Peut-être qu’il m’en veut de l’avoir réveillé. Je recommençais à avoir la boule au ventre.

A 10H mon portable vibre. J’ai le coeur qui bat. J’espère qu’il ne va pas me dire qu’il n’aime plus une folle comme moi, qu’il n’aurait jamais dû m’inviter pendre un verre après la manifestation. Qu’il en avait marre d’un boulet comme moi.

Je lis l’écran de mon portable » Bonjour, j’espère que tu vas mieux. J’ai une journée chargée mais je suis de tout coeur avec toi. « Je sais qu’un rien t’angoisse. Je te rassure. Je suis toujours là.Je t’embrasse. »

J’ai senti une pointe de chaleur à l’endroit de mon coeur. Elle s’est mise à grossir et j’ai senti la chaleur envahir tout mon corps. C’est doux.

Le lendemain mon portable s’est mit à vibrer à nouveau à 10H. « Alors tu vas mieux?  »

Je lui ai répondu « oui ». Sur le champs, j’ai reçu sur mon écran » Je suis content. Bonne journée »

Chacun de ses messages me relevait un pied puis un autre. Cette attention me donnait envie de sauter de joie. Mon énergie s’est rechargée. J’étais guérie. Prête à repartir joyeusement dans ma vie en savourant la chance d’avoir un ami si attentionné.

 

 

 

Migrants, la révélation du degrés de l’humanité

Je suis inquiète pour ce monde qui oublie des principes d humanité:

– En Hongrie privation de nourriture pour les migrants depuis 5 jours
-En Méditerranée on empêche des Ong de sauver des migrants.
Ah bien sûr on a des discours plein de trémolos quand on découvre des morts, des enfants échoués sur une plage. Blablabla

-En Libye – Yémen , des affreux trafics de migrants. On torture des gens et on fait pression sur les familles pour obtenir des rançons. Parfois la torture se déroule en direct par téléphone. Vous imaginez des parents qui entendent en direct leurs enfants être torturés.
Des mères devant qui on noie leur bébé et elles n ont pas le droit de crier sinon on les tue

Comme ce trafic rapporte des fortunes, il se étend.
A quand un tribunal?

Et l Europe pourtant riche fait tout un foin car comme ailleurs des migrants viennent.
Comme quoi on peut être riche et ne pas être partageux. Le Liban, la Tunisie, l’Afrique du Sud moins riches ont aussi accueilli des migrants. Les migrations sont l’Histoire de l’Humanité depuis l’Antiquité. Il faut cesser dans ce monde à toujours vouloir le plus possible. Il faut plutôt partager pour que chacune et chacun puisse vivre libre et dignement.

 

Chaque année, on a des grandes commémorations des tragédies passées. A l’école, on est censé apprendre les pensées humanistes,  l’histoire de la révolution française, le rappel de ces déclarations des droits humains.  Mais alors dans la pratique, y a t il une Mer Méditerranée qui nous éloigne de nos principes?

Lorsqu’on se vante de repousser des migrants grâce au deal passé avec Erdogan qui emprisonne à tout va ses opposants, où est le principe de démocratie pourtant cher aux valeurs européennes?

Un migrant est un être humain. Il n’a pas à être privé de nourriture ou à être torturé.

On ne doit pas accepter la baisse de vigilance pour le respect des droits humains.

Tolérer les violations des droits humains contre des êtres humains est très mauvais signe pour ce monde.  Le chacun pour soi conduit à des guerres, des crimes contre l’humanité.

La solidarité a sauvé maintes fois le monde. Elle a sorti des pays des guerres. La Résistance française aurait elle été si forte sans ce principe de solidarité fraternelle?

La France se serait-elle développé sans ce principe de solidarité?

N’es ce pas frappant qu’à la sortie de la guerre, les résistants ont placé la solidarité au coeur de leur programme et aux projets de reconstruction?

Non pas étonnant. Un monde solidaire vit, crée, prospère, se développe.

Un monde égoïste finit par accoucher des sombres monstres mortuaires qui savent bien conquérir les bassesses des ventres.

On est le 8 mai.
Il fut un temps où les réfugiés étaient européens et fuyaient la guerre.