Reine d’un royaume disparu

Je suis sur cette drôle de planète

Où me parle plus le silence

Que cette espèce appelée humain

J’aurai beau danser les claquettes

J’aurai beau chanter la voix de la dissidence

Accompagné avec un tambourin

Je ne suis que silhouette

Je suis sur cette drôle de planète

Dans la table d’à côté des amoureux

Des mots doux en Tête à tête

Sur la main des caresses

Moi je suis en tête à tête

avec mes rêves de tendresse

Je suis sur cette drôle de planète

Où personne n’a le temps de me parler

Où l’or est aussi rare que les mots chaleureux

Où le manque affectueux perle mes yeux

Où je ne sais ce que veut dire être aimée

Je suis sur cette drôle de planète

Où mon passage est ombre

Où ma présence est fantôme

Où je vis dans la pénombre

De la société comme une reine d’un disparu royaume

Je suis sur cette drôle de planète

Qui parle de liberté , d’égalité et de fraternité

Pourtant où ruisselle la modernité

C’est un luxe de réussir les simples liens d’humanité

Je suis sur cette drôle de planète

Où il est aisé de la quitter sans bruit

Tant est présent le rejet l’exclusion l’oubli

Tant des vies ressemblent à des infinies nuits

Je suis sur cette drôle de planète

Où avec ma solitude je fais la fête

Ce texte est une réponse à un projet artistique de l’association Astrée

Te raconter ce que j’ai fait de ce que j’ai reçu de toi.

Mon instituteur préféré si triste de ne plus te l’écrire et avoir ton émotion : oh Sara comme ça me touche.

Même que tu me disais que mes mots te remontaient le moral. Je me souviens quand tu as partagé mon hommage sur ta page.

Mais chaque fois que je papotais avec un instituteur. Je disais chaque fois que c était ton nom qui était synonyme d’instituteur car m’avoir transmis la passion de l’Histoire.

Quand on s est retrouvé sur Facebook tu m avais dit que tu te souvenais de moi Je me souviens que tu étais touché quand j écrivais que pendant des années je m’étais demandé ce que tu devenais.

Chaque année tu étais des premiers à me souhaiter mon anniversaire. Cette année c’était la dernière fois.5 jours après tu es mort..Et c’est dur de me faire à cette réalité.

J’avais tant imaginé l’instant des retrouvailles. Lorsque c est arrivé ça avait l’air d’être une seconde dimension de notre rencontre. Te raconter ce que j’ai fait de ce que j’ai reçu de toi.

Je sais que ton fils m’avait écris que tu aurais été si fier de l’ hommage que je t’ai fait. Si triste de ne plus te lire et cette joie qui était tout simplement exprimer ma gratitude envers toi.

Tu n’es plus là et ton souvenir est toujours là vivant . Comme mon autre ami qui me manque aussi Mathieu André en ta mémoire en sa mémoire me souvenir de vous deux et prendre soin de vos jolies traces sur terre.

Aujourd’hui le 2 novembre c est la fête des morts chez les mexicains. C’est une façon d’entretenir les passés vivants des êtres chers.Tchin tchin Monsieur Fourché et tchin tchin Mathieu André : L amitié toujours là.

Et pour paraphraser la bouleversante chanson Jojo de Jacques Brel :Vous frérez encore

Des premières pages de Lettre à Zohra D.

Lecture du moment

Voir l’Histoire de l’autre côté. De celui d’une civil française victime d’un attentat du FLN en Algérie

Elle y a perdu sa grand-mère et en est sortie mutilée à l’âge de 5 ans.

Je suis partisane d’aucun tabou silence.

Ces moments d observation sont précieux pour une lecture plein de nuances du monde .

Il y en a d autres qui vont me dire et les autres ?Et ceux de l autre coté et bien j écoute je lis de tous les côtés.

Car de tous les côtés reste l’universel humain.

Je sais bien que c est difficile de commenter des événements qu’on n a pas vécu.

Mais je pense qu’à chaque débat pensée ne jamais oublier la base essentielle l’humain.

Et en lisant ces premières pages je me pose la question qui ne changera pas le destin est ce qu’on aurait pu faire autrement en Algérie ?

Mourir pour la seule raison qu’on est au mauvais endroit au mauvais moment Un destin tragique partagé par tant de civils dans le monde

L’image contient peut-être : 1 personne

Le paradis d’une hypersensible ressemble à cela

La création artistique.

Il n y a que là où je suis épanouie où je n ai pas ce sentiment de malaise que j ai dans la société là où il est normal d avoir des émotions fortes ce qui est incongru dans la société là où les émotions sont une force ce qui dans la société ne se fait pas trop là où j ai le droit d être fragile ce qui est vécu comme une honte dans la société. Le milieu artistique est mon monde et j ai tout simplement l impression que c est ma meilleure façon de communiquer avec le monde que je ne comprends pas toujours et j ai l impression qui ne me comprend pas. Combien de fois dans ma vie depuis l école je n ai pas vu les gens changer vis à vis de moi car après m avoir écouté joué de la musique vue sur scène lu mes écrits m ont enfin saisi et soudain ma sensibilité était comprise respectée.

Plus de textos

Fini le temps de cette attention particulière où j’aimais accompagner la rosée de ses matins d’ un  » bonjour bonne journée  » doux comme un croissant croustillant vivifiant comme un jus d’orange et chaleureux comme un chocolat

Fini le temps de ces surprises du soir où j’aimais accueillir la fin de ses journées par un « j’ espère que ta journée s’est bien passée. Bonne soirée « . Festif comme un apéro.Convivial comme l’ambiance d’un café. Détendu comme une partie de jeu de cartes.

Fini le temps de ces fastueux débuts de semaine où j’aimais lui souhaiter des bonne semaine « . Joyeux comme l’ouverture du festival de Cannes. Pétillant comme un verre de Champagne. Plein d’espoir comme lors d’un vœu après avoir vu passé une étoile filante.

Fini le temps de ces soins attentionnés de fin de semaine où j’aimais lui déposer au seuil de jours de repos des mots crémeux apaisants pour les mauvais coups et chantant de joie pour les

envolées 

 Fini le temps de ces débuts de semaine où j’aimais entonner » bonne semaine  » énergique comme une salsa, prometteuse comme un enfant, remplie de bons voeux comme ceux imaginés sous des étoiles filantes, pétillante comme l’ouverture d’une bouteille de Champagne

Fini le temps des fins de semaine où j’aimais déposer un  » bon week-end  » comme un cadeau sous le sapin de Noël, ressourçant comme un bon air de montagne, dorlottant comme un crépitement des bois dans le feu de cheminée, réconfortant comme le ronronnement d’un chat.

Je n’aurai plus cette fraction de seconde jubilatoire à l’instant où toujours le premier je recevais de lui bonne année

Je n’aurai plus cette sensation de chaleur qui d’un petit point se transforme en bombe du bonheur en moi en lisant : joyeux anniversaire

Je n’aurai plus ce cadeau amical magnifique de ce message : je t’aime avec ton hypersensibilité. A chaque fois j’eclatais en sanglots je savourais ce moment de grâce où j’étais acceptée avec ce que je suis

Fini tout ça. Le rideau du spectacle du bonheur est tombé. Plus de textos!

 

Être précieuse pour toi

Souvent jusqu’à épuisement je cherche toujours en moi ce que je peux encore te donner avec le vœu ardent de te faire du bien.

Depuis le premier jour que je t’ai connu une grande empathie est née pour toi et jamais elle ne finit de s’étendre.

C est à la fois mélange d’exaltation et d’angoisse.

La peur de ne pas réussir à t’ envoyer des jolies choses qui inonderont ton être de douceur.

Pourtant je donne dans toute mon intensité. Je sens l’énergie me brûler.

Tout mon être bouillonne comme un volcan.

J’aimerai tant que tu le vois

J’aimerai tant que tu reçoives mes cadeaux de vie que j’ai préparé avec beaucoup d’amour pour toi.

J’aimerai tant te voir savourer ma présence dans ta vie.

Être précieuse pour toi.

On ne va pas attendre vos accords pour manifester,écrire, créer

Assa Traoré dénonce la manifestation de Sos racisme comme une récupération

Et les gens … Il n y a pas de récupération de monopole.

Quiconque a le droit de manifester contre le racisme pour le féminisme
Quiconque a le droit de parler d esclavage ..

Ça suffit de reprocher  » la légitimité  » des gens..

Toi t es pas légitime pour parler des noirs.
Toi t es pas légitime pour parler des blancs.

Nous sommes tous légitimes concernés.

Il n y a pas de privilégiés blancs ou noirs.

Et même par amour de la lutte antiraciste je refuse cette logique mortifié communautariste.

Et vive la lutte antiraciste féministe laïque universelle.

Ne rêvez pas.. vous imaginez qu on attend vos accords pour manifester écrire créer ?

C est fou.. je suis aujourd’hui en train de défendre le principe de liberté.

Invisible différente hypersensible et humaine

Pour l’avoir vécu parfois dans la vie se sentir invisible c’est une vraie violence… invisible

Les coups physiques c est violent ça se voit c’est dur aussi.

Et les violences invisibles on les sent douloureusement à l intérieur et ça ne se voit pas . Heureusement les mots les rendent visibles.

On est horrifié scandalisé à raison des castes indiennes de la situation des intouchables.

Mais dans nos sociétés il n y a pas de lois officielles mais des pratiques invisibles..

Parfois on ne sait pas pourquoi on ne mérite pas d être écouté vu.

Mais tant pis malgré cette violence de l invisibilité rester soi même faire selon ses convictions.

Moi je suis nature sincère hypersensible…

J ai toujours senti la différence depuis mon enfance.

Parfois on m a rejeté pour ça. Parfois on m a aimé pour ça.

Je continue ma route en étant moi moi-même humaine. Essayant toujours de comprendre les autres. Je n ai du mépris que pour le mépris.

Pour moi il n y a pas plus glorieux que plus d estimable que l humain. J en fais ma boussole ma valeur suprême
Et à toutes celles et à ceux à qui j ai adressé ma reconnaissance de leur caractère humain c est la plus haute des reconnaissance que je leur ai donné. L humain c est ce qui me touche le plus profondément.

Voir sentir le monde avec le cœur.

Tant pis si mon propos me rend invisible.
Le militantisme c est faire en fonction de ce qu on croit même si on n y gagne pas immédiatement
On gagne à être soi même.

Les pauvres, les faibles?

On devrait appeler les pauvres les forts les courageux plutôt que les faibles car pour supporter la pauvreté tous les jours car il en faut du courage et de la force pour supporter tous les jours la pauvreté, la misère, la précarité.

Vivre dans des taudis ou vivre dans la rue. Vivre dans 9m2 vous ne pensez pas qu’il faut être plus fort pour y vivre que de vivre dans un grand ranch?

Vivre en se privant vous ne pensez pas qu’il faut être plus fort quand on renonce à la nourriture aux soins aux loisirs ? Quand on a le loisir de passer en maison en maison de la montagne à la mer quand on a la chance d’avoir les moyens de se changer les airs ouI on peut être courageux car les moyens ne font pas tout le bonheur. évidemment mais en être privé c’est aussi de la force et du courage.

Je déteste dans le discours politique entendre parler des pauvres comme des « faibles ». Je parlerai de ces gens forts confronté à la misère et dans cette société l’inégalité est un scandale et la vie dans l’indignité une insulte à l’humanité.

Comme le disait la belle devise de1848: Nul n’a droit au superflu quand chacun n’est pas le nécessaire.